Hervé Boyac
La Bête du Gévaudan, le loup acquitté enfin !

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

 

La bête apparaît en juin 1764, dans le sud du Gévaudan, ce Comté devenu depuis le département de la Lozère.
Très vite, elle va semer la terreur parmi les habitants de cette région rurale et austère, déjà éprouvée par les guerres de religion passées, les hivers rigoureux, les famines et épidémies. Les rescapés des attaques diront sans hésitation qu'il ne s'agit pas d'un simple loup, mais d'un autre animal inconnu ici qu'ils nommeront "La Bête".
Celle-ci s'attaquera prioritairement aux enfants dont la tâche principale consiste à garder le bétail, tuant avec une audace déconcertante. Elle va déjouer tous les pièges, et échapper à toutes les chasses menées contre elle par les plus grands spécialistes en la matière, envoyés par le Roi Louis XV en personne.
Enfin après quatre années de ravages, la Bête tombera sous les balles d'un paysan nommé Jean Chastel, et les attaques cesseront à jamais.
En plus de sa connaissance des lieux, ce dernier avait découvert que la Bête n'était pas un animal ordinaire, et que de surcroît elle n'agissait pas seule mais dépendait d'un appui humain. Pour faire cesser les attaques, il ne suffirait donc pas d'abattre la Bête, il fallait aller plus loin.
Qui a pu imaginer un tel complot et pourquoi ? Nous sommes à 25 ans de la future révolution et les tensions commencent être très vives dans les provinces aussi ; de vieux conflits resurgissent. Plusieurs aristocrates locaux peuvent être tentés de se venger des préjudices que la monarchie, déjà vacillante, leur a causés.
La Bête – et son lot de meurtres – est un moyen parmi d'autres pour déstabiliser le Royaume comme de nos jours des agitateurs sèment des embûches aux démocraties. Ainsi au 19 juin 1767, cette machination diabolique qui a perduré 1000 jours, aura provoqué la mort d'au moins 80 personnes connues, dont 70 enfants, en près de 170 attaques répertoriées officiellement. Depuis lors en France le loup est trop souvent tenu pour responsable de cette odieuse affaire dans laquelle il est pourtant hors de cause.
Ce second livre a pour but de s'approcher un peu plus encore de la vérité, en essayant de rendre plausibles les faits qui ont endeuillé cette période déjà lointaine de notre histoire, tout en disculpant le loup sans équivoque.

HERVÉ BOYAC, Quartier Clos d'Aron, 83780 Flayosc
ou utilisez le bon de commande en .pdf

 

Retour à la Bibliographie