Roger Lagrave
Les dits de la Bête

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

 

Ainsi, durant cette journée du 19 juillet 1767, Jean Chastel tua la Bête. Et certainement la vraie puisqu'il n'y eut plus aucune autre victime dans le pays.

Aujourd'hui, les documents de cette époque peuvent être rassemblés et étudiés par de grands savants. Les spécialistes de l'histoire rurale peuvent échaffauder hypothèses et suppositions.. Les romanciers peuvent imaginer scénarios divers. On peut en appeler à l'ordinateur et à l'informatique.

Du tour où la Bête fut ensevelie et que nul ne peut retrouver, la légende peut déployer ses ailes et prendre son envol.

Depuis, elle plane et planera encore longtemps dans les cieux du Gévaudan, par dessus les forêts et les landes de Margeride où elle a pris sa vie; couvrant de ses vastes ailes un pays tout entier; nourrissant tour à tour romanciers, historiens, conteurs et cinéastes, randonneurs et promoteurs de tourisme vert.

On peut contester une hypothèse

On peut réfuter une solution

On ne peut tuer une légende

 

 

Livre acheté à l'office du tourisme à Aumont-Aubrac.
Rue Prieure, 48130 Aumont Aubrac - 04 66 42 88 70

 

Retour à la Bibliographie